L'église de Saint-Saulge

Historique de l'édification de l'église

*Dès le VIe siècle un oratoire a été construit à cet emplacement afin de recevoir les reliques de saint Salvius (saint Saulge), moine ermite auxerrois. Cet oratoire fut la première construction solide de l'église qui subira de nombreuses transformations au cours des siècles. 
*Au VIIe siècle les bénédictins construisent la chapelle Saint-Martin autour de l’oratoire.
*Au VIIIe siècle, édification d’une chapelle dédiée à Saint Denis, à l'endroit de l'actuelle sacristie.
*Au XIe siècle, Cette chapelle, d'après Morrelet dans l'album du Nivernais, fut remplacée par une église conventuelle, qui ne conserve, dans la construction actuelle que le chœur et le sanctuaire avec les lourds piliers saxons de la nef romane. 
*Au XVIe siècle, l'église romane tombait en ruine. C'est à cette époque que fut reconstituée, en gothique, la nef, les collatéraux ainsi que la base du clocher actuel de l'église. 
*De 1546 à 1559, réalisation des vitraux qui feront la fierté de cette église : parmi ceux-ci on peut remarquer « la Sainte Trinité » sur laquelle figure Saint Saulge et « l’arbre de Jessé » qui est une représentation schématique de la branche maternelle de l'arbre généalogique présumé de Jésus de Nazareth (Marie est la petite-fille de Roboam, lui-même petit-fils de David et David est fils de Jessé). 
Le XVIe siècle a mis son empreinte sur la tour qui s'élève inachevée à la porte occidentale de l'église, sur les fenêtres des bas côtés et sur les belles verrières dont elles sont ornées. 
Dans sa chronique manuscrite, Jérôme Deparis nous dit que devant la porte principale de l'église, sur la place du marché, s'élevait autrefois une croix datant du XIIe sicècle et que sur la fin du XVIIe siècle, cette croix fut remplacée par une belle fontaine qui ne subsista pas longtemps.
Entre les contreforts de l'église, il y avait des maisons et des boutiques qui n'étaient pas sans donner un caractère assez original à l'édifice.
*A la fin du XVIIe siècle, construction de la sacristie.

La grosse cloche porte le millésime 1691 et fut bénite le 17 avril 1694.

*En 1882, les vitraux sont classés Monuments Historiques (ils seront restaurés à Limoges en 1952).

Dans l'église on peut aussi admirer :
*Une fresque représentant un moine : cette fresque a été décrite en 1715 par Jérôme Deparis, curé, puis recouverte et finalement remise au jour lors des travaux d’installation de chauffage en 1993.
*Un tableau représentant la descente de Croix, réalisé par un élève des Beaux-arts et offert à l’église par Napoléon III.

L'exposition permanente Jean-Baptiste Delaveyne 

Dans l'église, depuis 2013, est installée une exposition permanente retraçant la vie et l'œuvre de Dom Jean-Baptiste Delaveyne, fondateur en 1680 de la congrégation des Sœurs de la Charité de Nevers.