Le Tacot

Tacot

Un p'tit train…s’en va dans la campagne, de bon matin…plein d’entrain !!!
Beaucoup d’entre nous se souviennent de cette chanson, sur un air de rumba, interprétée par André Claveau.

Qui a eu l’idée d’utiliser la force de la vapeur pour actionner des machines ? C’est Denis Papin qui avait été surpris de constater que la vapeur qui s’échappait de sa marmite dans laquelle bouillait de l’eau avait suffisamment de force pour en soulever le couvercle! C’était en 1712.


Peu de temps après, Joseph Cugnot réalisa en 1769 la première voiture automobile à vapeur et, en 1771 un second modèle pour le transport des pièces d’artillerie.

Ensuite on transportait le charbon dans les mines, puis on assura le transport des voyageurs.


C’est en 1832 qu’on adopta la traction à vapeur entre Saint-Etienne et Lyon.


Le 2 Juillet 1898, le Conseil municipal sous la présidence de Mr Henri Robert de Thoury, maire, a jugé que le chemin de fer d’intérêt local serait de la plus grande utilité pour les intérêts commerciaux et agricoles du canton.
Il insiste aussi pour que la gare soit aussi construite : son lieu d’implantation a été le sujet de nombreuses discussions !

tacot_gare
Le Tacot ouvre en 1904 avec comme itinéraire:
Nevers (5h45) -> St-Saulge (7h02) -> Corbigny (7h56)

Trains spéciaux les jours de Foire :
St-Saulge (6h10), St Maurice, Montapas , Espeuilles, Châtillon, Tamnay, Abon, Vauvelle-
Maux, Moulins Engilbert (7h49)

Le «Courrier de la Nièvre, ancien Petit Nivernais» du dimanche 18 décembre 1904 relate ainsi l'inauguration du « tacot » :

Jeudi (15 décembre), à une heure un quart, a eu lieu la réception provisoire de la section de ligne du chemin de fer départemental de Nevers à Saint-Saulge. Le train d'inauguration comprenait outre la machine et un fourgon à bagages, deux wagons de voyageurs.
Dans le premier wagon ont pris place les agents voyers et conducteurs des Ponts et Chaussées des cantons traversés par le « tacot » ; quelques employés de la préfecture et le personnel supérieur de la Société Générale des Chemins de Fer Économiques.
Dans la seconde voiture – la voiture d'honneur – M. Magnand, avoué ; M. Séné, notaire ; les représentants de la presse blocarde ; M. Frébault, ancien pharmacien, etc., accompagnés de MM. Massé député, Duprey, Dutray, Laurent, Moutheau, conseillers généraux ; M. Amiot, maire de Saint-Benin-d'Azy ; M. Frottier, secrétaire général de la préfecture ; M. Catonné, agent voyer en chef.

Dans ce même journal, la semaine suivante, soit le 25 décembre 1904, on peut lire :
M. le préfet de la Nièvre vient de prendre un arrêté aux termes duquel la Société générale des chemins de fer économiques est autorisée à ouvrir à l'exploitation pour les voyageurs et les marchandises, à partir du 20 décembre courant, la section de ligne de Nevers à Saint-Saulge sur une longueur de 42 kilomètres 420. 

L'ouverture de la section entre et Chaumot-Chitry-les-mines (27 km) le 1er août 1905 permet de relier par le rail, Nevers à Corbigny. Cela représente une longueur totale de 74 km. Elle est annoncée dans le «Courrier de la Nièvre, ancien Petit Nivernais» du dimanche 30 juillet 1905.

 

 

La ligne a été fermée en 1939.


Le tacot a été détruit pendant la guerre. Celui que vous voyez est une reconstitution qui promenait les gens les jours de fête dans les rues de Saint-Saulge.