Nuit magique à Saint-Saulge

       

Dimanche 26 juillet au parc du Beauvais en fin d’après-midi…

La chanteuse Capucine prend possession de l’espace-son, accompagnée de sa guitare et de son tambour chamanique, dévoilant sa technique de « chant spontané ». A la fin de son récital, elle ne peut quitter la scène, retenue par les applaudissements du public qui exige - et obtient - un « Alléluia » repris par tous !

Dans le parc, on découvrit ensuite les intriguantes créations (images, peintures, sculptures, assemblages…) de Francis ColinPascal Guidez et Claude Place. 

Puis vint le moment de se restaurer. L’agréable buffet campagnard était accompagné de vins sélectionnés par la maîtresse de cérémonie, l’incroyable Marie-France O’Leary, organisatrice hors-pair de festivités aussi originales que mystérieuses…

Heureusement que nous avions pris des forces, car nous allions être confrontés à une monumentale claque artistique, assénée par le maître Khalid K ! Retranscrire par les mots une expérience aussi originale n’est pas chose facile, puisque Khalid a inventé sa propre forme artistique. Le gaillard est en effet seul sur scène, mais on a l’impression d’être face à un orchestre avec de multiples chanteurs/chanteuses/chœurs, où il joue de plusieurs instruments. Le secret ? Une impressionnante maîtrise électronique des samplers et autres chambres d’écho qu’il contrôle grâce à une boîte qu’il tient constamment en main, véritable lampe d’Aladdin d’où sort un génie nommé Khalid !

On se retrouve ainsi dans une multitude d’univers et de continents. On ne sait plus où l’on est, les repères ont depuis longtemps envoyé leur préavis de grève, la concierge est dans l’escalier, le gaz à tous les étages… Le vin de Marie-France contient-il des substances illicites ou bien Khalid K est-il lui même une drogue hallucinogène ? That is the question. 

Toujours est-il qu’à la fin de son show, il convie les spectateurs à venir danser avec lui. C’est alors la ruée vers l’or du maître K où l’on voit de respectables habitants du canton entrer en transe et danser avec frénésie ! Ah… si leurs enfants avaient pu filmer ces extravagances, ils auraient disposé pendant de longues années d’un puissant outil de persuasion : « Laisse-moi sortir samedi soir où je balance la vidéo que tu sais sur YouTube… »

En parlant de YouTube, vous accéderez aux vidéos de Khalid K en tapant son nom (par exemple https://www.youtube.com/watch?v=pfBEq3Noax4). Mais comme pour les grands moments de théâtre, une partie de la magie disparaît avec la vidéo - c’est beaucoup plus fort en live ! D’autant que chez Marie-France, la régie sonore était d’un très haut niveau, orchestrée par une autre main magique, celle de Claude Veyrat (Diffract SARL : 06 70 72 21 62). Capucine a même déclaré à la fin de sa prestation, qu’elle n’avait jamais été aussi bien sonorisée !

Texte et photos : Jean-Michel Berté